.
                              
.
Archives Blogue de l'éditeur 2007
Janvier à Février 2007
LeStudio1.com
Recherche et
Carte du site
LeStudio1.com  (Map)
.
La déchéance des idoles...
Il n'y a pas une semaine sans que les médias
ne dévoilent que nos croyances sont erronnées.
Une vedette de notre société est accusée d'un
crime quelconque. Une personne est un jour le
pilier de sa communauté et elle devient subitement
un symbole d'échec. Celui ou celle que l'on croyait
notre ami est dans les faits notre ennemi et il
nous déteste profondément.
Une amie à moi me dit souvent que ce serait une
guerre perpétuelle avec nos voisins ou collègues
si on apprenait sur le champs les divers crimes,
mensonges et trahisons qui nous entourent.
Il vaut donc mieux ne pas les connaître et
apprendre les côtés noirs de la vie, comme les
bons côtés, à petites doses.
Personnellement j'ai toujours préféré dire les
choses comme elles sont, mais j'avoue que toute
vérité n'est pas bonne à dire... Il vaut donc mieux  
continuer à croire en l'humanité et subir au
quotidien notre petite dose de déceptions et de
joie. La vie c'est comme le bon vin, ou comme les
remèdes. Il faut savoir prolonger le plaisir ou
diminuer la douleur en étant modéré...
Lundi 1 janvier 2007
.
L'Internet et ses conquêtes...
Le magazine Time a nommé tous les utilisateurs
Internet comme personnalité de l'année.
LeStudio1.com avait choisi, quelques semaines
auparavant, Google comme personnalité de 2006.
Il faut le reconnaître: l'Internet est un phénomène
mondial qui est aussi important que l'invention de
l'imprimerie et de l'écriture. La communication
Internet a transformé toute notre société.
Il est difficile de prédire où s'arrêtera cette
invasion tellement l'ordinateur révolutionne nos
vies jour après jour. Rappellons-nous Star Treck
et le mécanisme qui transportait le corp d'un
endroit à l'autre. Il y avait eu aussi la montre de
Dick Tracy que nous avons déjà dans nos vie avec
le téléphone mobile.
Pour le démagnétiseur, c'est à venir. Mais il n'est
pas impossible qu'on y arrive un jour.
Je me souviens, il y a moins de 30 ans, que je ne
pouvais pas envoyer mes articles de presse à un
petit journal de région (Rimouski) parce que
celui-ci n'avait pas de télécopieur.
Aujourd'hui on peut s'écrire et se regarder peu
importe où l'on est dans le monde.
Ce monde est devenu un roman de science fiction!
Lundi 1 janvier 2007
.
Le désir de vaincre...
J'avais environ 20 ans lorsque j'ai découvert
le personnage de Rocky au cinéma. (1976)
Le tout premier film Rocky représentait bien celui
qui est face à la défaite, persévère et finalement
gagne malgré tous les obstacles. Rocky était
inspirant et motivateur. D'ailleurs, le sport de la
boxe est le symbole de la victoire et, malgré sa
violence, on a toujours qualifé la boxe d'un sport
noble. Sylvester Stallone n'a rien inventé et son
personnage est aussi vieux que les gladiateurs de
l'antiquité. Néanmoins, son histoire rejoint bien
notre société et ses films présentent un message
honnête et réaliste. Aucune violence gratuite ou
par pure méchanceté. Combien de jeunes et
d'adultes ont persévéré dans leurs propres luttes
après avoir vu un des films Rocky?
La vie n'est pas facile et il faut se battre pour sa
survie. Voilà l'essentiel du message.
Merci Stallone pour ton oeuvre, ton message et
la motivation que tu as inspirée!
Lundi 1 janvier 2007
.
Les campagnes de salissage...
Myriam Bédard n'est la première victime d'une
campagne de salissage. Après le décès de Pierre
Péladeau, en 1998, j'ai moi-même été la victime
d'une pareille campagne de la part de certains
hauts-dirigeants de Quebecor. J'avais été l'adjoint
du fondateur Pierre Péladeau de 1991 jusqu'à sa
mort et mon travail consistait à agir comme chef de
cabinet. Cela ne plaisait pas toujours aux dirigeants
à qui je transmettais les ordres du grand patron.
J'en ai payé le prix une fois Péladeau décédé...
Mais la véritable découverte fut d'apprendre que
plusieurs membres du «Québec Inc» détestaient
l'audace de Péladeau. Lorsqu'il était vivant, ceux
qui ne l'aimaient pas avaient peur de son pouvoir
financier et ils n'admettaient jamais leur sentiment
publiquement. On le louangeait dans l'espoir de
profiter de ses faveurs et surtout, de ne pas être la
cible d'un magnat de la presse qui pouvait être très
vindicatif. Une fois mort, ces mêmes gens n'avaient
cependant plus rien à craindre et ils n'hésitaient
plus à manifester leur dédain envers un Pierre
Péladeau qui était provocateur et qui s'était
toujours moqué des bien-pensants et du snobisme
de la société. (Voir biographie sur le site officiel)
Les campagnes de salissage ne sont pas une
invention récente. Myriam Bédard s'est attaqué à
l'establishment politique du Québec et elle n'avait
pas les moyens d'assumer ses attaques. Comme le
dit un de mes amis: «Il faut savoir choisir ses
batailles selon nos chances de les gagner!»
Bédard aurait dû se méfier qu'elle commençait
une guerre qui la détruirait!
Le pouvoir informel existe et il est souvent plus
puissant et dangeureux que le pouvoir formel!
Lundi 8 janvier 2007
.
Saddam Hussein...
Le dictateur Saddam Hussein n'aurait pas dû
être pendu car il aurait pu fournir au monde
des informations supplémentaires sur ses
crimes et surtout, sur la participation de
certains autres pays à ces crimes de guerre.
On l'a pendu pour la tuerie d'une centaine de
personnes. On dit qu'il est l'auteur de millier
d'autres morts! L'on s'est débarrassé de la
source d'information vivante et directe de
ces autres crimes. En science policière 101,
on appellerait ça détruire la preuve avant
d'aller devant le juge!
Saddam Hussein mort est silencieux.
Il aurait mieux valu enfermer le dictateur
dans une prison et recueillir ses différents
témoignages. On dit qu'il ne voulait rien dire
mais c'est faux. Avec le temps, il aurait
confier des choses et c'est ce qui faisait
peur à certains dirigeants politiques.
Finalement, on peut se demander qui sont
les pires criminels: Saddam Hussein
ou les pays qui l'on appuyé et financé?
Lundi 8 janvier 2007
.
La neige et le sexe...(Partie 1)
Personnellement je n'aime pas vraiment la neige.
Je suis donc heureux des températures chaudes
de janvier 2007. Mais cette situation n'est pas
normale. Je me souviens de mon enfance en
Gaspésie (Bonaventure) dans les années 1960.
Le vent faisait tellement bouger la maison de
campagne que parfois mon père avait peur que
la structure se détache. Les lendemains de
tempêtes, les bancs de neige atteignaient des
dizaines de pieds en hauteur et il fallait pelleter
pendant des heures. À une époque, mon père a
inventé une sorte de boite en bois avec des
lamelles d'acier en avant. Il venait de créer
une nouvelle pelle qui devint très populaire
dans le village et chez Canadian Tires...
En 2007, ce ne sont que des souvenirs d'enfance
et on est bien loin de cette situation. Que faut-il
penser du réchauffement?  Comme dit une de
mes amies:«La terre vieillit comme le reste.
Un jour elle va cesser de vieillir et mourir.»
C'est comme le sexe d'ailleurs! Il paraît qu'en
vieillissant, on a moins le goût.
Heureusement, que je ne suis pas encore
rendu à cet âge...
Dimanche 14 janvier 2007
.
La neige et le sexe...(Partie 2)
J'ai trop parlé et la nature m'a entendu.
Dès le lendemain de mon article concernant le
réchauffement de la température, le Québec
était la cible d'une violente tempête avec plus
de 15 cm de neige. J'ai dû sortir du placard mon
matériel d'hiver: bottes en fausse fourrure,
mitaines de cuir et foulard. Pour la tuque, je me
suis rabattu sur une vieille casquette de sport.
Finalement  je n'aime pas l'hiver! C'est une
question de goût personnel. Pourtant lorsqu'il
n'est pas au rendez-vous, je le manque un peu...
Allez-donc comprendre. C'est un peu comme avec
le sexe. Lorsque l'on en a pas assez, on se plaint.
Lorsque l'on en a trop, on se dit fatigué et on
demande une pause. Ceci étant dit, l'hiver
québécois est bien arrivé parmi nous. D'ailleurs,
à Montréal, la Fête des Neiges se déroulera très
bientôt et ce jusqu'en février. (Voir lien Internet)
Quant à moi, je pense à mademoiselle X et
aux deux mascottes qui sont à Las Vegas au bord
de la mer... J'aurais dû choisir d'être monsieur X
plutôt que l'éditeur du magazine!
Lundi 15 janvier 2007
.
Nouvelle Princesse anglaise...
La nouvelle flamme des Anglais, Catherine
Elizabeth Middleton, semble être très intelligente
et elle sera sûrement un bon actif pour le
Royaume d'Angleterre. Ce qui retient mon
attention est cependant la difficulté de
«Lady Kate» face à l'intérêt des médias.
Cette situation est un peu paradoxale.
D'une part on veut que les médias parlent de nous,
d'autre part on les trouve trop présents...
Le fait d'être une Princesse signifie d'emblée
une notoriété. Sinon, mieux vaut devenir une
«Soeur dans un couvent». En tant que journaliste,
et éditeur de LeStudio1.com, je reçois à chaque
semaine des dizaines de sollicitations de la part
d'artistes ou de vendeurs qui veulent que nous
écrivions un article au sujet de leur création.
Paraître dans un média est pour plusieurs comme
un cadeau. Comment expliquer la réaction de Lady
Kate? Elle est peut-être uniquement en amour
avec William et ne veut rien avoir à faire avec la
Royauté? J'en doute cependant et il lui faudra
se rappeller qu'être une vedette signifie aussi
être au centre des médias.
Lundi 22 janvier 2007
.
Le rêve de Céline Dion en 2007...
La légende de Céline Dion est bien connue.
Des journalistes se moquaient de la chanteuse
au début de sa carrière et ils lui suggéraient
de choisir un autre travail! On avait dit la même
chose à Félix Leclerc alors qu'un journaliste du
Devoir aurait écrit «...on devrait lui couper les
mains pour qu'il cesse de jouer de la guitare et
de nous casser les oreilles...»
Il est difficile de prédire le succès.
Comment peut-on reconnaître le grand talent?
Chaque jour, des centaines d'artistes frappent
aux portes des médias et déclarent qu'ils sont
LA FUTURE Céline Dion. La majorité d'entre eux
aura disparu dans quelques années et seul un
ou deux artistes deviendront des succès et la
légende de leur milieu. Il n'y a pas de recette
pour le succès. Il faut croire en ses passions et
espérer que le destin nous soit favorable.
Il faudra que les étoiles soient bien alignées et
que le talent et le travail rejoignent la chance.
Et il est heureux que la vie soit imprévisible.
Imaginez, si on connaissait le résulat avant de
commencer. Personne parmi les perdants ne
voudrait rien essayer et comme c'est une
minorité qui atteint les sommets, la société
serait un monde impossible, inerte et infernal.
C'est le rêve qui rend la vie supportable et belle!
Lundi 29 janvier 2007
.
La politique au Canada...
Les temps changent mais une chose
ne change pas et c'est la vie politique.
Alors que le Parti québécois lutte
pour sa survie, j'ai passé mes récentes
soirées à lire l'ouvrage de l'ancien
ambassadeur du Canada, Allan Gotlieb,
"The Washington Diaries 1981-1989".
J'ai bien connu cette époque car j'étais
attaché politique à Ottawa entre 1984
et 1991. Le récit de Gotlieb est précis
et malgré la longueur de 656 pages, on
peut sauter d'une anecdote à l'autre
et reconnaître que l'art de la politique
est une science. Mais ce que l'on retient,
c'est la fragilité dans les rapports
humains et surtout leur importance
dans l'accomplissement du travail
d'un politicien. Ce qui était vrai à
l'époque de Gotlieb avec Brian Mulroney
et Ronald Reagan est encore entièrement
vrai aujourd'hui avec les André Boiclair,
Stéphane Dion, Stephen Harper,
Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal.
La politique est une affaire de rapports
humains et de communication.
Les étudiants de l'art de la politique
profiteront grandement à lire le livre
écrit par Allan Gotlieb.
Lundi 5 février 2007
.
Un maire et sa Reine...
Le maire Gérald Tremblay est un
individu très gentil et toujours très poli.
C’est aussi un homme d’action.
Certains politiciens le sont moins…
Mais Tremblay prend parfois les choses
un peu trop personnel. Ce fut le cas avec
l’Avenue du Parc et avec Tourisme Montréal.
Je me souviens de l’avoir rencontré en
octobre dernier et je lui avais parlé
du film «The Queen» que je venais
de voir. Il ne l’avait pas vu. Je lui ai alors
expliqué que, selon-moi, sa situation face à
l’Avenue du Parc était comme celle de la
Reine dans le film. Il faut parfois abandonner
une bataille qui fera perdre la guerre.
Il me sourit mais le lendemain il annonçait
qu’il maintenait sa position, malgré l'opinion
contraire du public.
Le maire Tremblay est un bon politicien et
un maire efficace mais il devrait visionner
le film:«The Queen» !
Lundi 12 février 2007
.
Le vocabulaire de
Conrad Black...
Conrad Black possède une intelligence
supérieure. En effet, il lit un livre
d’histoire de quelques 1 600 pages et
il se souvient de tous les détails: dates,
noms, lieux, etc. C’est un phénomène
mais cela peut devenir ennuyant dans
une discussion de salon. Conrad Black
a cependant une vision bien précise de
l'auditoire qu'il veut rejoindre, au risque
de prendre le plus long chemin pour
aller à Rome. Lorsqu’il était à ses débuts
comme journaliste, il écrivait de longues
analyses politiques dans son journal,
The Sherbrooke Record, concernant la
situation dans le monde, notamment
le président Lyndon B. Johnson.
Personne ne lisait ses textes localement
à Sherbrooke mais il en envoyait des
copies directement aux attachés
politiques de Johnson, lesquels furent
séduit au point d'inviter Black à couvrir
leur congrès à Washington.
Dans ce sens, les messages de Conrad
étaient très bien ciblés dès le départ
et le résultat clairement identifié...
Lundi 12 février 2007
.
Le cinéma et la télévision...
YouTube et Internet révolutionnent la
télévision et le cinéma partout dans le monde
mais c'est à partir de Montréal que le fils de
l'ex-magnat de la presse écrite, Pierre-Karl
Péladeau, est en train de transformer
l'industrie de la télévision canadienne.
Ce défi aurait plu à son père qui déclarait
souvent que ses plus beaux moments de vie
avait été passés lors de ses participations
dans des studios de télévision à titre d'invité.
Je me souviens même qu'un jour, alors qu'il
venait d'acquérir le réseau de télévision
TQS, quelques mois avant sa mort, il me dit:
"C'est comme si je rajeunissais de 10 ans
avec cet achat. Nous allons avoir bien du
plaisir... " Il avait rêvé de Télémétropole mais
il avait reculé car le prix de vente était trop
élevé. Son fils l'a acheté plus tard dans
une transaction qui aurait rajeuni son père
de... 20 ans! Le fils Péladeau contrôle
aujourd'hui non seulement l'un des plus
grands journaux montréalais mais aussi
la station de télé et tout le réseau de
distribution Internet de Videotron.
Il paraît qu'à son retour de France en 1998,
Pierre-Karl Péladeau ne savait pas vraiment
comment envoyer un courriel.  
La progression aura été surprenante...
Lundi 19 février 2007
.
L'avenir des
magazines papier...
Le dernier des éditeurs indépendants
de magazines à grand tirage au Québec,
Claude J. Charron, demeure convaincu
que l'avenir est dans le papier. Pour le
prouver, il investit dans divers projets
dont la base est sur papier et loin de
l'Internet. Interrogé quant à sa motivation,
Charron répond que ce n'est pas une
compétition contre les autres éditeurs
qui l'inspire (on comprend ici Quebecor)
mais plutôt une poursuite vers des
objectifs personnels. Selon-lui, un
magazine doit refléter l'âme de celui qui
le fait et ensuite c'est au public de
l'aimer ou non. "Un éditeur échouera s'il
fait son magazine uniquement pour
compétitionner l'autre !" déclare
Claude J. Charron. Pour lui, produire
un magazine c'est aussi comme chanter
une chanson. Et il aime répéter les paroles
du chansonnier québécois Jean Lapointe:
" Chante-la ta chanson..."
Lundi 19 février 2007
Pierre-Karl Péladeau
.
Bill Gates hôtelier...
Bill Gates n'impressionne pas à première vue.
Il s'habille sobrement, il a une coupe de
cheveux très ordinaire et si vous n'aviez pas
vu sa photo dans les médias, vous croiriez
rencontrer un simple professeur. Mais l'homme
n'a rien de commun. D'abord à cause de sa
fortune et de sa puissance mais aussi à cause
de sa personnalité intrinsèque. Il est un homme
généreux!  Il était à Ottawa (mardi 20 février)
afin d'annoncer sa contribution à un programme
de recherche du gouvernement canadien
visant à trouver un vaccin contre le sida.
Gates donnera 28 millions $ tandis qu'Ottawa
financera 111 millions $.
Le fondateur de Microsoft a aussi profité de sa
visite au Canada pour parler de sa vision de
l'avenir au niveau des ordinateurs. Selon-lui,
les 10 prochaines années seront encore plus
bouleversantes que les dernières décennies.
Contrairement à son collègue Steve Wozniak,
fondateur de Apple qui était à Montréal la
semaine précédente, Gates croit que les
systèmes de reconnaissance vocale joueront un
rôle significatif. Il a aussi déclaré que des sites
comme YouTube et Wikipedia sont les modèles
qui influenceront les nouvelles tendances.
Un débat à suivre...
Si vous allez à Paris et passez par l'hôtel
"George V Paris", peut-être croiserez-vous le
nouveau propriétaire des lieux, Bill Gates.
Mais ne vous attendez pas à un personnage
flamboyant et recherchez plutôt un véritable
être humain qui essait de vivre pleinement sa
vie et d'aider à rendre le monde un peu plus
confortable, dans tous les sens du mot!
Lundi 26 février 2007
________________________________________________________________
.
Archives Blogues de l'éditeur
LeStudio1.com - Archives
Envoyer cette page à: