LeStudio1.com


    L'empire QUEBECOR
    et son fondateur Pierre Péladeau (1925-1997)
    par Bernard Bujold
    _________________________________________________________________________
______________________________________________________
___________________________________________________________
___________________________________________________________
Album Photos
Le fondateur de Quebecor
Pierre Péladeau
________________________
Chapitre 4
Les liens du sang
Pierre-Karl Péladeau

Pour Pierre Péladeau, les liens du sangs étaient les plus importants. Il aurait aimé que tous ses
enfants soient des succès en affaires et en particulier ses filles. Mais l'homme avait de la difficulté
dans ses rapports avec ses enfants et il n’a jamais pu imposer son succès et ses méthodes
à ses descendants.

Il devait accepter les qualités et les défauts de chacun de 7 ses enfants, ce qui n’était pas facile
pour lui. De plus, les trois ainés, lui reprochaient de façon inconsciente la mort de leur mère, sa
première femme Raymonde Chopin, qui est décédée en Suisse en octobre 1976 à l’âge de 47 ans.
Les enfants tenaient leur père responsable même si dans les faits, il avait envoyé sa femme en
Suisse à grands frais, dans une clinique de santé, pour essayer de la guérir.

Pierre Péladeau aimait beaucoup sa famille et il entretenait une étroite relations avec ses soeurs
et ses frères. Il les invitait régulièrement à sa résidence de Ste-Adèle.
Je l'ai vu un jour taquiner sa soeur et jamais je ne l'avais perçu aussi heureux.
Habituellement, Pierre avait toujours une sorte de tristesse dans le regard mais jamais
lorsqu'il était avec sa soeur.

Au niveau de ses enfants, Pierre Péladeau avait beaucoup d’admiration pour Pierre-Karl.
Il était beau, énergique et intelligent. Dans un sens, le père se mirait dans son fils, celui qu’il aurait
aimé être.  

Pierre-Karl n’a pas été accueilli à bras ouvert après le décès de son père. Je me souviens d’un
dirigeant de Quebecor qui était venu me voir après l’annonce de mon congédiement et qui me dit :
« Il va y avoir beaucoup de tiraillements. Pierre-Karl n’est pas prêt à prendre la direction et
le conseil va le devoir le mâter. On va l’installer au 4e étage (le 13e étage était réservé aux
hauts dirigeants) et il devra obéir aux ordres. Plus tard, dans 4 ou 5 ans, s’il est compétent,
il pourra songer à diriger mais on est loin de ce jour! »
J’ai répondu à mon ami que la haute direction oubliait une chose :
« Les deux actionnaires qui héritent du contrôle sont Pierre-Karl et Érik ».

Ma prédiction s’est avérée exacte. En moins de 15 mois, dès le début de 1999, Pierre-Karl Péladeau
est devenu président et chef de la direction de Quebecor inc..

Parmi les actions posées par Pierre-Karl, en tant que dirigeant, il faut noter l’acquisition du groupe
Toronto Sun qui fut conclue en janvier 1999. L’achat de  World Color Press au cours de
la même année a également été un fait marquant de même que la vente de la participation de Quebecor
dans Donohue, en avril 2000 alors qu’Abitibi Consolidated devenait le nouveau propriétaire des usines.

Certains critiquent ces transactions en disant que ce sont ces décisions qui ont amorcé les difficultés
financières actuelles de Quebecor. L’acquisition de Vidéotron au montant de 5,4 milliards$,
en mars 2000, a forcé la compagnie à s'endetter.
Est-ce que le fils a mal géré l’héritage du père?


Garder les choses simples

Pierre Péladeau « père » avait une seule théorie en gestion: la simplicitié.
Il la qualifiait de K.I.S.S. ( Keep it simple stupid). Mais au-delà de la formule humoristique,
il demeure que tous les entrepreneurs qui réussissent gardent les choses simples.

Les ventes doivent excéder le coût des dépenses et on doit obtenir un profit au bout de la ligne.
Lorsque l’on commence à penser à des formules comme produits dérivés et formules mathématiques
de profit à long terme, il y a un risque. Péladeau disait que l’erreur de plusieurs entrepreneurs est
d’espérer faire un profit en vendant plusieurs produits à perte mais croire pouvoir se rattraper avec le
volume d'échelle. Mille pommes vendues moins cher qu’on les a payées ne pourra jamais rapporter
un profit.

Les Jean Coutu, Alain Bouchard, Laurent Beaudoin et André Bérard, entre autres, ont tous
appliqué une formule simple pour bâtir leur empire.  
« Si on fait de l’argent, on continue. Sinon on sort de l’activité. »

Pierre Péladeau disait que la meilleure qualité pour un homme d’affaire est
de ne pas penser mais de vendre et faire de l’argent.
« Si tu commences à penser à ceci cela et à faire des plans sur papier pour prévoir toutes les
possibilités, tu vas te ramasser avec la peur de faire quoi que ce soit. Il faut faire tourner la machine
et vendre chaque produit avec un profit. C’est simple! Jean Coutu fait tourner son inventaire sans
penser s’il est un grand pharmacien. Il est un retailer. André Bérard était un bon banquier parce qu’il
savait reconnaître les prêts payants. Et lorsqu’il n’y avait pas d’argent à faire, il fermait le compte! »

Péladeau disait aussi qu’il faut savoir s’entourer. Pierre-Karl a fait un succès de Videotron parce
qu’il a su mettre en place une équipe qui connaissait bien le secteur de la technologie par câble.
Le développement de l’Internet au sein de la société en général aura été aussi pour Quebecor un
aidant naturel et on appelle ça le « bon timing ».

La réaction des dirigeants de Bell a cependant été la mauvaise en croyant que le nom et la réputation
de Bell Canada allait empêcher les consommateurs de les abandonner. Le consommateur d’aujourd’hui
est comme les Coutu, Bérard et Péladeau d’autrefois : il est infidèle et il achète en fonction du prix.
À service égal, le consommateur choisira le produit le moins cher, surtout si sur le plan de qualité,
le service Internet et de la téléphonie est de même niveau d’une entreprise à l’autre .

Qu’est ce qui arrivera avec Quebecor Inc d’ici les prochaines années? Rien n’est éternel et les
entreprises sont comme des matières vivantes. Si l’entreprise cesse d’être profitable, elle meurt.
Péladeau appellait ça la bicyclette.
« Lorsque tu roules à bicyclette, la pire chose à faire, c’est d’arrêter de pédaler… »


____________________________________________
Pierre-Karl Péladeau
La famille de Pierre Péladeau: Anne-Marie, Isabelle, Marie-Pier (fille d'Anne-Marie),
Esther, Simon-Pierre, Érik, Daphné et Didier (enfants d'Érik) et Pierre-Karl.
à gauche:
Pierre Péladeau
sa soeur Jeanne
et son frère Jean



En bas:
Pierre Péladeau
au Pavillon des arts
en compagnie de ses
deux soeurs,
ses deux filles
Anne-Marie et
Isabelle,
Isabelle Hervet
et Pierre-Karl
Pierre Péladeau, André Bérard