LeStudio1.com



    Les Acadiens dans le monde
    par David
    15 août 2007
_______________________________________________________
___________________________________________________
Le 15 août

La date du 15 août est différente dans les provinces atlantique comparé au reste
du Canada et dans la plupart des autres endroits dans le monde.

Sans entrer trop dans un cours d'histoire, disons que les Maritimes sont un peu la maison
moderne des Acadiens.

Le 15ème jour d'août, nous célébrons notre héritage. Nos ancêtres qui étaient des colons
français se sont installés dans ce qui était alors une terre française qu'ils ont appelé
leur région Acadie ou L'Acadie. Cette terre couvre aujourd'hui le Nouveau Brunswick,
la Nouvelle-Écosse et l' île Prince Edouard. Il a également des parties de l'état de Maine.

C'est une idée fausse de croire que tous les Acadiens étaient de la France. Certains étaient
des Français de langue anglaise ou espagnole. Dans la longue guerre entre l'Angleterre et
la France, la terre est allée de la juridiction française à anglaise et les Acadiens
voulaient être neutres.

Néanmoins en 1755, le Gouverneur britannique Charles Lawrence qui a alors obtenu le
contrôle de la terre, a passé "une commande d'expulsion"  de tous les Acadiens installés
sur ses terres (Louisbourg). Ceci est devenu pour les Acadiens et tous les historiens
modernes : " Le Grand Dérangement"

Les Acadiens qui ont survécu à cette déportation ont été replacés la plupart du
temps au Nouveau Brunswick et dans la Louisianne.

Aujourd'hui, les Acadiens sont une majorité de la population du Nouveau Brunswick,
ainsi que des minorités en Nouvelle-Écosse, Québec, Ontario et île Prince Edouard.

Il est également important de noter que bien que le Québec soit une province française,
fondé par les colons français, ils ont été fondés séparément et pas du même héritage
que les Acadiens. Ce sont deux cultures distinctes. Bien qu'aujourd'hui la plupart
des Québécois ont de l'amitié envers  leurs frères et soeurs acadiens car ils luttent
pour la langue française. En fait tellement, que le Chef Gilles Duceppe du Bloc
Québecois a pris la peine de le mentionner pendant le débat des élections 2003 .

D'ailleurs cela soulève une question d'intérêt politique. Si le Québec devrait
jamais avoir un référendum réussi, il faudrait voir comment réagirait le Nouveau-Brunswick
Est-ce que les Acadiens actuels souhaiteraient retourner à un gouvernement qui n'a
pas été fondé par les colons britanniques? Un parlement qui demeure toujours aujourd'hui
symboliquement sous un Gouverneur-Général britannique, donc encore, symboliquement
partiellement selon la règle britannique.

Je suis disposé à croire que si l'occasion se présentait que les Acadiens du
Nouveau-Brunswick pourrait joindre le Québec après une séparation réussie.
Après tout, cela serait meilleur pour l'héritage français de devenir une province
officiellement française dans la plupart des aspects de la vie.

En 2003, après plus d'une décennie de pression par Acadiens et les Canadiens
sympathisants, la Reine Elizabeth II de l'Angleterre, a fait une proclamation royale sans
précédent concernant la déportation. Cette déclaration signifie que legouvernement
britannique identifie formellement l'événement et les dommages irréparables qu'il a causés
aux personnes acadiennes et offre des excuses pour les actions d'ancêtres.

Les Acadiens ne sont pas les seul dans leurs luttes passées contre la règle anglaise:
L'Inde, le Pays de Gales, l'Australie, l'Ecosse, l'Irlande (l'Irlande d'aujourd'hui,
est encore divisé en deux avec Irlande et Irlande du Nord, l'Irlande du Nord est sous
la règle britannique), etc. Toutefois le passé , c'est le passé, et nous ne devons pas
demeurer accrocher. Il faut regarder vers l'avenir avec l'espoir et
optimisme.

Le Royaume-Uni d'aujourd'hui n'est plus la Grande-Bretagne d'autrefois,
la plupart, sinon tous les pays autrefois selon la règle britannique sont maintenant
les pays souverains ( également connu comme Commonwealth). Le R-U est un membre
permanent du conseil de sécurité des Nations Unies (aussi bien que l'U.N.), OTAN, l'union
européenne, OCDE, OMC, G8, et la liste continue.

J'encourage tous les Acadiens partout où ils sont maintenant, à célébrer et à se rappeler
leur héritage le jour du 15 août.  Pas dans un  geste de vengeance envers la
Grande-Bretagne ou de leur gouvernement mais dans le souvenir de nos ancêtres et de
leur survie historique.

Quand je pense à mon héritage aujourd'hui en 2007, je suis fier de me rappeler mes
ancêtres et leurs luttes, mais j'aime également le pays qui est le
Canada et dont je suis une partie entiere aujourd'hui. Je pense que les Acadiens,
autant que les Québécois les Chinois-Canadiens en  Colombie-Britanique;
tous ont une place unique et spéciale dans notre pays. Le fait que nous pouvons
vivre dans un même pays démocratiquement libre
est toujours une chose merveilleuse.

En terminant j'aimerais citer l'ancien Premier ministre du Nouveau-Brunswick,
Bernard Lord qui, lors de sa défaite lors des dernières élections provinciales, avait dit:
"Nous sommes tellement chanceux d'être libres et de pouvoir choisir nos chefs
politiques par un vote plutôt que de les faire choisir par les armes."»

Peu importe l'avenir de la culture acadienne, que ce soit la séparation
ou la continuité dans le Canada, j'espère que mes enfants apprécieront et
continueront de profiter de la démocratie qui est avec nous aujourd'hui.

_______________________________________________________________


The 15th of August in Atlantic Canada is different then it is in most
other places in the world.

Without going into too much of a history lecture, The Maritimes are home
to modern-day Acadians.

On the 15th of August we celebrate our heritage, our ancestors that were French
colonists who settled in what was then French land, they named their region Acadie
or L'Acadie. This land went from what is today New-Brunswick to Nova-Scotia and
Prince Edward Island, it also included parts of the state of Maine.

It is a common misconception that all Acadians were from France, as some
were French speaking English and Spaniards. In the long war between England
and France over the course of the years in which the land went from English to
French rule and back again, Acadians had become a neutral populace.

Nevertheless in 1755, British Governor Charles Lawrence who then had control
over the land, placed expulsion orders for the deportation of all Acadians on the land.
This came to be know by Acadians and all modern historians as Le Grand Dérangement
or The Great Upheaval.

The Acadians who did survive the hardships that followed were relocated mostly in
New-Brunswick and Louisiana.

Today Acadians are a Majority of the population of New-Brunswick, as well as
Minorities in Nova-Scotia, Quebec, Ontario and Prince Edward Island.

It is also important to note that although Quebec is a French province, founded by
French settlers, they were founded separately and not of the same exact heritage as
Acadians, which lead to two distinct cultures. Although today most Québecers feel
empathy for their Acadian brothers and sisters struggle for the French language.
In fact, so much so, that Bloc Québecois Leader Gilles Duceppe made a point of
mentioning it during the 2003 Federal Election Leader's Debate.

This raises an interest thought, should Québec ever have a successful referendum,
and seeing as how New-Brunswick borders some of Québec, would present-day Acadians
ever wish to return to a government that wasn't founded by British colonists?
A parliament that still today symbolically remains under a British Governor-General,
therefore again, Symbolically partially under British rule.

I am willing to believe that would the opportunity present itself to Acadians/
New-Brunswickers to be able to join Québec after a successful separation, that they
would take it. After all, what would be better for French heritage that becoming a
Officially French Province in most aspects of life.

In 2003, after over a decade of pressure by Acadian-Canadians and sympathizers,
Queen Elizabeth II of England, made an unprecedented royal proclamation by admittance
of the Deportation (meaning the British government formally recognizes the event and
the irreparable damages it caused to the Acadian people), as well as apology for her
ancestors actions.

Acadians are hardly alone in their past struggles against English rule; India, Wales,
Australia, Scotland, Ireland (Ireland still today, as it remains two separate countries,
Ireland and Northern Ireland, Northern-Ireland is under British rule), etc. However the
past is exactly what is says, it is the past, and we must not dwell on the past, but look to
the future with hope and optimism.

Today's United-Kingdom is hardly the Britain it once was, most (if not all) Countries
formerly under British rule are now sovereign (and also known as Commonwealth)
countries. The U.K. is a permanent member of the United Nations Security council
(as well as the U.N.), NATO, European Union, OECD, WTO, G8, and the list goes on.

I encourage all Acadians wherever they are now, to celebrate and remember their
heritage on the 15th of August, not in defiance of Great-Britain or their current
Commonwealth government, but in remembrance of our ancestors and their historic
survival to our existence today.

I know as I think of my heritage today in 2007, that I am proud to remember my ancestors
and their struggles, but I also love the country that is Canada that I am a part of today.
I think Acadians just like Québecers, just like Chinese-Canadians in B.-C.; all have a
distinct and special place in our country, the fact that we can all live in the same free
democratic country and still be true to our culture is truly a wonderful thing.

In closing I’d like to quote former N.B. Premier Bernard Lord, who upon his party being
defeated in the last provincial election said “…we are so very lucky, that we are free and
choose our leaders by a ballot, instead of them being chosen for us by a bullet.”

No matter what course the Acadian culture takes in the future, be it separation or
continued integration within Canada, I hope that my children will appreciate and
continue the great precedent of democracy that is before us today.

                                               ***
___________________________________________________