Zhara Kazémi - Photographe
    1948- 2003
..
_______________________________________________________
LeStudio1.com
"Mon travail est ma raison de vivre. Si je le lâchais, je ne serais plus".
Ziba Kazemi

Le 10 juillet 2003 à Téhéran, Zhara Kazémi, une photo journaliste,  meurt
pour avoir voulu montrer des images de la célèbre prison Evin.

Zahra était son nom de jeune fille. A l'âge de deux ans on l'appelle Ziba (belle),
un nom qu'elle gardera aussi pour le reste de sa vie.

Née le 1er jour de l'automne 1948 à Chiraz, la ville des poètes en Iran, elle quitte
son pays natal en 1974 pour travailler à la télévision française. A Paris, elle
étudie la sociologie à la Sorbonne et poursuit son travail cinématographique, tout
en ayant un intérêt pour le documentaire. Elle participe ainsi à la production d'une
vingtaine de films à titre de scénariste, monteuse et réalisatrice. En 1993, elle
s'installe à Montréal et se consacre entièrement à la photographie.

Ziba Kazemi croyait en la puissance évocatrice des images pour être au plus
près de ces femmes et de ces hommes qui subissent l'humiliation, l'oppression
et les ravages de la guerre. À travers ses photographies, elle disait redonner à
tous le droit à l'existence et à une part d'humanité. A ceux et surtout à celles,
dont la vie est prise en otage par des hommes sans scrupule, qui prennent le
droit, au nom de la raison d'État ou de Dieu, de détruire des personnes parce
qu'elles ne partagent pas leur idéologie de domination.

Son fils, Stephan Hachemi, a mis de l'avant plusieurs efforts de sensibilisation
du public afin de poursuivre l'oeuvre et la mémoire de sa mère.
Photos par Zhara Kazémi
Tous droits réservés

Pictures by Zhara Kazémi
All Rights Reserved